BILBILIFOU

- Défilé optimiste de machines presque abouliques -

 

   Normalement, les machines, ça sert à quelque chose.

C'est même leur unique raison de vivre.

   Dès leur plus jeune âge, elles sont formées et formatées pour délivrer les humains de tâches harassantes et mauvaises pour les tendons, avec pour seules exigences, un peu d'énergie et un peu d'attention. Comme tout un chacun, elles n'ont pas choisi d'exister ni demandé à travailler. Elles sont là, dociles, et travaillent sans relâche et sans revendication en tous lieux et en toutes saisons. Un jour pourtant, des machines plus nouvelles arrivent en klaxonnant, toutes options dehors, et les déjà vieilles encore vaillantes sont alors mises au placard ou même jetées brusquement, hors des yeux et loin des mains, là-bas.

   Et puis il y a celles qui marchent très bien pour ne rien faire ou pour faire des choses dont personne n'a besoin, dont la vie est si déconsidérée que leur avenir est  sans espoir.

   Dépassées par les événements, abîmées au fond d'une solitude grippée, les machines oubliées deviennent mécaniquement inertes, tristes et abouliques.

   Quelques unes d'entre elles, souhaitant se faire entendre, ont monté le collectif Bilbilifou afin de nous montrer que leurs savoir-faire hors normes et leurs performances à couper le beurre sont capables de nous émouvoir sans résultats chiffrés ni productivité. Exploit !

   Soyons-en sûr, elles sont plus sensibles que ce qu'on aime en penser et bien moins limitées que ce qu'en disent leurs notices extraterrestrement mal traduites.

   Comme nous avertit tendrement leur douce ambassadrice métallique : " Le regard exclusivement utilitariste que vous, humains, portez sur nos fragiles existences, changera un jour de panne. "

 

 

   Bilbilifou, doucement, tout doucement...

Tout doucement elles sont imaginées, tout doucement les matériaux sont choisis, tout doucement elles roulent, marchent et cliquettent.

   Avec leurs matières usagées, leurs formes sans normes et leurs fonctionnements sommaires, ces machines roulantes à roues lentes s'appliquent à piquer la curiosité malgré leur inefficacité notoire et leur allure d'un autre temps. Composés de rouages visibles aux sonorités naturelles, les individus mécaniques de Bilbilifou invitent tout le monde à suivre leurs mouvements en observant leurs déambulations insolites.

   Références à nos objets du quotidien et à nos jouets d'enfants, ces machines abouliques se contentent souvent d'elles-même dans une mise en scène sans décor qui souligne avec simplicité leur inutilité féconde.

 

 

masque  à  retrouver  les  choses
masque à retrouver les choses